lundi 24 septembre 2007

couple....

toi - Encore toi, hein ? Pourrais pas changer de ritournelle ? C’est toujours de la même manière que tu t’imposes, que tu m’investis. Après, tu vas encore parler de parasite. T’es bien placée, va. Fallait vraiment que tu reviennes ? Maintenant ?
moi - « Je m’étais imaginée vous retenir sinon par le précieux de mes vers du moins par la rareté de certains phénomènes d’ordre intellectuel... »
toi - Évidemment ! Et puis en plus, tu te paies ma tête., tu le caches mal, ton sarcasme. Je sais bien que c’est toi qui me retiens. Allez, je m’assois, j’écoute.
moi - « ... il y a donc un quelque chose qui détruit ma pensée... »
toi - Tu sais comment te vriller un passage dans ma propre incompétence...
moi - « ... un quelque chose de furtif... »
toi - ... et de lancinant entre toi et moi.
moi - « Vous connaissez la subtilité, la fragilité de l’esprit ? »
toi -. En ai jamais eu que l’appréhension, cette face de Méduse devant moi. Pas de connaissance. Juste senti le plus rien à penser, l’épuisement.
moi - « Une fatigue de commencement du monde, la sensation de son corps à porter, un sentiment de fragilité incroyable, et qui devient une brisante douleur...
toi - « Qu’est-ce que nous foutons là ?Qui nous maintient ici ? Pourquoi ne peut-on pas s’en aller ?Qui nous a foutus jusqu’ici cette inamovible conscience d’une vie qui ne cadre pas avec les hostilités de notre corps ? »

samedi 15 septembre 2007


J'avais envie d'afficher cette photo, c'est un endroit magnifique . J'ai emprunté la route proche presque tous les jours pendant deux ans pour aller bosser. Les saisons en changent les couleurs et la lumière n'est jamais la même. C'est somptueux. Je veux souvent m'en aller où il fait chaud, là où "les cigales crissent et jouent des castagnettes sur leur abdomen" et puis ....il suffit de poser les yeux sur cet endroit et tout est remis en question. J'ai eu envie de vous le montrer cet hideux Château du Taureau qui ne gâche même pas le paysage, parce que tout à l'heure j'ai lu un post d'Heure Bleue parlant du manque d'air pur. Alors voilà, je lui en envoie un peu. Ici les enfants s'enrhument aussi, mais c'est le vent marin qui en est responsable. Je n'ai pas envie de parler de pollution, bien sûr, qu'il y en a, mais un autre jour aujourd'hui...juste du ciel bleu, des ajoncs, les mûres que l'on ramasse et la mer qui roule les galets.....

dimanche 9 septembre 2007

Le facteur est passé!!!!

Quel texte interminable ! La Lettre du président Sarkozy n'aurait peut-être pas eu une bonne note, tant le style agace, tant la pensée semble confuse.Pour le préz', l'Ecole est dans une situation catastrophique. "La culture commune qui se transmettait de génération en génération tout en s’enrichissant de l’apport de chacune d’entre elles s’est effritée au point qu’il est plus difficile de se parler et de se comprendre. L’échec scolaire a atteint des niveaux qui ne sont pas acceptables. L’inégalité devant le savoir et devant la culture s’est accrue".
Il annonce donc des mesures qui mêlent retour à la morale et gestion du système éducatif. D'un côté c'est "récompenser le mérite, sanctionner la faute, cultiver l’admiration de ce qui est bien, de ce qui est juste, de ce qui est beau, de ce qui est grand, de ce qui est vrai, de ce qui est profond, et la détestation de ce qui est mal, de ce qui est injuste, de ce qui est laid, de ce qui est petit, de ce qui est mensonger". De l'autre des propositions concrètes.
Elles se déclinent en trois termes. D'abord la suppression de milliers de postes par la diminution des horaires. "Il y aura moins d’heures de cours, où les moyens seront mieux employés parce que l’autonomie permettra de les gérer davantage selon les besoins, les enseignants, les professeurs seront moins nombreux".
Second terme : autonomie des établissements doublée d'un contrôle étatique par évaluations. "Les établissements dans lesquels vous enseignerez auront une plus grande autonomie dans le choix de leur projet, de leur organisation. L’évaluation sera partout la règle et les moyens seront répartis en fonction des résultats et des difficultés que rencontrent les élèves".
La dernière vision présidentielle concerne l'aggravation de la sélection. "Nul ne doit entrer en 6e s’il n’a pas fait la preuve qu’il était capable de suivre l’enseignement du collège. Nul ne doit entrer en seconde s’il n’a pas fait la preuve qu’il était capable de suivre l’enseignement du lycée et le baccalauréat doit prouver la capacité à suivre un enseignement supérieur."
Comme nombre de potaches, la plume présidentielle emprunte. Telle vision joyeuse semble empruntée à Rousseau ("C’est dans les forêts, dans les champs, dans les montagnes ou sur les plages que les leçons de physique, de géologie, de biologie, de géographie, d’histoire mais aussi la poésie, auront souvent le plus de portée, le plus de signification. Il faut apprendre à nos enfants à regarder aussi bien le chef-d’œuvre de l’artiste que celui de la nature".). Telle formule qui hait les mensonges à un képi multi-étoilé.
Il faut aussi relever bien des contre-vérités. Par exemple, si notre système éducatif a ses défauts et doit progresser, comment écrire " qu’il est plus difficile de se parler et de se comprendre" ou que "l’échec scolaire a atteint des niveaux qui ne sont pas acceptables. L’inégalité devant le savoir et devant la culture s’est accrue".
La déclaration présidentielle tranche sur des questions qui vont être soumises par le gouvernement à la commission sur le métier de professeur. On peut s'interroger sur la marge de manoeuvre de la commission censée éclairer le ministre sur le métier d'enseignant et de son président…
On ne s'étonnera pas de voir le préz' revenir sur l'idée de l'autonomie des établissements comme élément de performance du système éducatif. Or son efficacité n'est pas démontrée. L'autonomie totale est souvent négative. Ainsi, selon Nathalie Mons, "une totale décentralisation est associée aux résultats les plus faibles" (Améliorer l'Ecole, PUF). Plus qu'autonomie totale, il convient de trouver le bon équilibre entre les capacités de décision locales et le cadre national dans lequel il s'exerce. Il n'est pas impossible que le modèle qui s'inscrit dans le projet de N. Sarkozy soit celui de l'enseignement privé sous contrat qui associe pouvoir local et gouvernance nationale. Il semblerait hasardeux d'affirmer qu'à recrutement social égal il soit marqué par une efficacité plus grande…
Une autre idée concerne le pilotage du système éducatif par les résultats. Or l'efficacité d'un établissement ou d'un enseignant ne sont pas aussi faciles que cela à établir. L'enseignant efficace, n'est-ce pas aussi celui qui aide les élèves à construire une bonne estime de soi ? C'est sans doute celui dont les élèves ont des acquis supérieurs à ceux de classes comparables. Mais dans ce cas comment faire la part des relations entre les élèves dans ces progrès et celle du maître ? Ces acquis profitent-ils à tous les élèves de façon égale ou le maître n'est-il pas plus efficace avec certains ?
Finalement, seul l'objectif budgétaire est affirmé clairement par le président. Le candidat avait promis un gros effort financier sur les Zep. Cet élément a déjà disparu, seule compte la récupération de moyens. Comment améliorer l'efficacité de l'Ecole avec moins de moyens ? L'équation garde ses inconnues.

jeudi 6 septembre 2007

Avis aux acros de mélimelo


Depuis 15 jours Meli ne peux plus blogger, elle se prend le tête avec numéricable . Elle espère résoudre ça mais...c'est long!

mercredi 5 septembre 2007

point mort

Je n'y arrive plus! Je me suis retrouvée dans cette cour avec tous les enfants et je me suis demandé ce que je faisais là. Je n'avais qu'une envie c'est d'être loin d'eux. Et là tout va très vite : partir? Mais où ? Quoi faire? Je n'ai rien envie de faire ni chanter, ni faire du théâtre, rien. Alors voilà, j'ai suivi le mouvement, personne n'a rien vu, dans ma tête ça n'allait pas du tout, c'était une sorte de folie, un manège qui tournait de plus en plus vite...Première heure : distribution de papiers administratifs et après? Je n'avais pas envie de leur parler, qu'allais-je faire? On a parlé des règles de vie ensemble...Je me suis trouvée malhonnête mais je ne pouvais pas leur dire...Aujourd'hui, j'ai passée la journée à préparer ma classe, rien de bien, rien de transcendant, des matières qu'il faut que j'enseignentauxquelles je ne connais rien. La techno...alors qu'il y a des profs spécialisés pour ça, c'est à moi de la faire et pour des gamins qui seront en pré-professionalisation. Je ne sais pas ce qu'est un tableau grapheur, je ne sais pas faire de la fabrication assistée par ordinateur et je n'aurai pas de formation pour faire ça! On me laisse toute seule avec des gamins à qui je dois enseigner et donner des bases. J'ai peur! Et demain éducation physique pour des ados de 14ans, je sais faire pour des petits , mais là! Tout ça c'est parce qu'il y a des restrictions budgétaires cette année , alors il faut que je me débrouille. J'en pleurerai et d'ailleurs j'en pleure. Ma formation cette année? Je ne suis pas certaine d'aller jusqu'au bout, toute mon énergie part dans la préparation de classe. Encore un post pas très gai...des vieux souvenirs qui remontent à la surface me mettent de l'eau dans les yeux, sacré ogre, je n'en ai pas fini encore avec toi.
«Etre complètement seul ne signifie rien d'autre qu'être complètement fou.»[ Thomas Bernhard ] - Extinction