dimanche 25 janvier 2009

Vous êtes au premier rang et sans payer




LE PRESIDENT
Entrez-donc mon ami et venez prendre place
Afin de me conter ce qui vous embarrasse
La réforme est lancée, elle avance à grands pas
Mais je vois bien qu'à tous celle-ci ne plait pas.
Aussi voudrais-je entendre de votre propre bouche
Pourquoi les enseignants prennent ainsi la mouche.

LE MINISTRE
Mon bienfaiteur et Prince ne vous alarmez point
Voyez comme en ces temps je sais rester serein.
J'ai fait ce qu'il fallait et fait preuve d'audace

LE PRESIDENT
Allez contez moi donc je ne tiens plus en place !

LE MINISTRE
J'ai d'abord pour vous plaire modifié les programmes
Pour faire des élèves des besogneux sans âme.
Ils se feront gaver du matin jusqu'au soir
Et n'auront plus de sens à donner au savoir ;
Voilà qui nous fera des citoyens dociles
Qui ne s'attacheront qu'à des choses futiles.

LE PRESIDENT
Fort bien, les programmes sont un bel artifice
Pour manoeuvrer les gens non sans quelque malice.
Voyez ce que je fis pour prendre le pouvoir
Promettant des réformes, n'en disant que très peu,
Pour qu'une fois reçu l'aval des isoloirs
Je puisse me sentir libre et faire ce que je veux !
Mais veuillez donc poursuivre votre plan de disgrâce
Car je veux tout savoir !

LE MINISTRE
Voilà ce qui se passe :
Je commence par rayer en trois ans les RASED
Et pour tromper les gens sur le maintien de l'aide
Je laisse aux enseignants l'entière liberté
De s'occuper tout seuls de la difficulté.
Ils auront pour cela comme unique bagage
La chance de pouvoir faire quelques journées de stage !
J'ai enlevé deux heures d'école par semaine
Mais évidemment pas pour ceux qui mal apprennent :
On dit la journée de trop longue durée
Qu'il faudrait réformer notre calendrier
Et moi je vous dis qu'il en faut davantage
Et qu'il faut les forcer même jusqu'au gavage !

LE PRESIDENT
C'est à n'en point douter une idée fort plaisante,
Le mérite sera la seule valeur payante !

LE MINISTRE
Pour ceux qui veulent apprendre de maître le métier
Je les envoie le faire à l'université.
Voyez l'inanité d'une bonne formation
Nous qui n'avons besoin que d'agents et de pions !
Cela vous plaît-il ?

LE PRESIDENT
Assurément je pense,
Mon humeur est ravie et elle est d'importance
Car c'est elle qui règle le cours de mes pensées
Qui font toujours écho à l'actualité.
Mon caprice me met dans des emportements,
J'ai des mots qui ne sont plus ceux d'un Président,
Je flatte ce qu'il faut des instincts les plus bas,
Parle plus en mon nom qu'en tant que chef d'état,
Sur toutes mes idées je veux qu'on légifère
Et ne supporte pas qu'on m'empêche de le faire.
Des médias je me sers et grâce à mon emprise
Ils me suivent au mieux dans toutes mes entreprises,
Enfin, si j'utilise les services de la presse
C'est parce qu'aux yeux de tous il faut que je paraisse.
Mais contez-moi encore votre train de mesures.

LE MINISTRE
De l'école en danger j'augmente la fêlure :
Il existe des classes que l'Europe nous envie
Accueillant les plus jeunes des enfants du pays.
Il serait opportun de les faire disparaître
Pour affecter ailleurs ce réservoir de maîtres
Qui ne font de leur temps que des couches changer
Et ne connaissent point les joies de la dictée.
Des enseignants en moins réduiraient nos dépenses
Et il n'y aurait plus de maternelles en France !
Afin de remplacer les absences des maîtres
Avec tous ceux qui veulent, une agence va naître.
Si celui qui remplace se trouve être plombier,
La chaudière de l'école il pourra réparer,
S'il est mécanicien et connait son affaire
Les voitures des collègues il pourra bien refaire,
Et si par de la chance il se trouve enseignant
Il pourra prendre en charge d'une classe les enfants !

LE PRESIDENT
Je reconnais bien là votre astuce admirable
Et votre esprit retors qui ne se sent coupable !
Cette école qui veut faire des citoyens
Il faut qu'à l'avenir elle n'en fasse rien !
Oeuvrez donc mon ami, la tâche n'est pas mince
Car c'est l'éducation qui menace les Princes !!!!



Cette saynète m'a été envoyée par mail, je n'en connais hélas pas l'auteur.

dimanche 18 janvier 2009

un peu léger tout ça, hum hum!


Me voilà malade à la maison. se reposer c'est bien joli et je ne peux pourtant pas faire autrement. Devant l'ordi j'erre...pas envie d'aller voir les blogs! C'est malin! Pourtant plein de choses à lire...à vous lire. Fiston m'a dit : "Sur facebook, j'ai retrouvé d'anciens élèves à toi" Surprise! Comme une nouille je me suis crée une session! Pourquoi comme une nouille? eh bien parce que je pense que ce site est pire qu'edwige! pour le coup big brother is watching you à fond les gamelles! Fuck! comme disent les djeun's ! Ah tu veux les voir mes goûts, mes opinions politiques, mes goûts, mes tendances sexuelles? Ah je vais te les montrer moi! Oui mais...il n'y a pas que cela..."mes amis" comme ils disent....ah oui! ça fait genre ghetto non? ça fait quoi? alors machin qui connaît truc à les mêmes idées que bidule....Est ce une grande paranoïa? Pour vivre heureux vivons cachés? Le plaisir d'avoir retrouvé mes anciens élèves qui sont venus me faire un petit coucou et avec lesquels, pour certains on a pu se donner rendez-vous est un peu gâché par cette réflexion. Grace à cela j'ai pu également téléphoner à Allain Leprest qui va venir à B et rencontrera nos élève.....J'ai retrouvé mon meilleur copain de terminal...
Et puis samedi , j'ai participé à la manif....nous avons été photographié.....alors ...tant pis pour le flicage organisé, juste pas envie que mes engagements ne nuisent pas à ceux que j'aime! j'espère que nous n'en sommes pas là

dimanche 11 janvier 2009

Joyeux anniversaire!


Hier soir , Fifille est allée fêter les 20 ans de son amie. Toute la bande a joyeusement grimpé les 2 étages et s'est retrouvé dans l'appartement de la copine. Sacré appartement, non pas parce qu'il est grand et neuf non. C'est un de ces appartement situé dans une vieille rue de M , dans ces maisons dites à "encorbellement"
Les ouvertures sont disposées de façon anarchique et il n'est pas rare de voir une porte-fenêtre s'ouvrir sur les toits. La petite bande s'est peu à peu dispersée et ne sont restés que les 5 potes proches :2 garçons et 3 filles. M est allée se coucher et les autres ont décidé de s'asseoir sur le bord de la fenêtre, les pieds sur le toit. Il devait être 5h du matin. Je sais ce n'est pas très raisonnable, mais n'avez-vous jamais eu vingt ans ? Nos oiseaux de nuits ne sont pas restés bien longtemps. Il faisait moins 6 et ils se sont rentrés. Ils ne faisaient guère de bruits puisque leur hôtesse dormait déjà. Las, des bruits de bottes ont retenti dans l'escalier et la porte a été secouée par un vigoureux: "Ouvrez! Police!" . Deux représentants de la loi sont alors entrés et ont rassemblé les 4 malfaiteurs au milieu de la pièce, la dormeuse a été tiré de son sommeil et en tenue légère a dû rejoindre le groupe. Ceux qui veillent sur notre sommeil ont menacé nos jeunes délinquants de vives représailles s'ils n'avouaient pas immédiatemnt leur méfait! Ne sachant de quoi ils étaient accusés, les hommes en tenue se sont ainsi adressés à eux : " des témoins oculaires vous ont vu sur le toit. Vous savez ce que ça veut dire oculaire? ça vient du latin oculis , la vue" (Oui, parfaitement dans la police ont apprend le latin pour apprendre au prévenu que son méfait peut avoir une origine latine!)Las encore , l'un des 5 copains avait un de ses membres de la famille en prison pour recel de drogue, il fut bien sur la cible de l'ire des deux policiers. L'appartement fouillé ne révéla ni alcool, ni drogue. Nos deux lascars affirmèrent ensuite que ces jeunes les dérangeaient pour rien car pendant ce temps voleurs, violeurs et tueurs s'en donnaient à coeur joie! Après avoir molestés ces dangereux criminels, ils se retirèrent non sans les convoquer pour le soir même à 21h. Nous nous sommes décidés à ne pas laisser Fifille aller seule dans cette galère. Nous nous sommes retrouvés au commissariat, ce soir avec un autre parent. Assez surpris de nous voir, l'un des policiers n'eut plus face à nous le même discours.Il affirma que tout cela n'était qu'une visite préventive, rien de bien sérieux en somme, il fallait juste gronder ces jeunes inconséquents. Lorsque la mère d'un des garçons annonça qu'elle était conseillère municipale, le ton changea très vite et nous apprîmes avec surprise que c'est madame le Maire elle-même, qui dérangée dans son sommeil avait demandé à la police d'intervenir. En bon voisin n'aurait-elle pas pu prier nos jeunes d'aller se coucher et de leur signaler qu'ils dérangeaient?
Notre nouveau maire est une amie de notre Prez à qui elle "fait péter la bise", elle a fait campagne en s'affirmant sans étiquette , puis petit à petit elle a avoué sa sympathie pour le petit homme. Notre nouveau maire est dans l'éducation nationale , principale de collège, pour être plus précise. Notre nouveau maire a fermé deux écoles en deux mois de pouvoir, et enlevé 200 000 euros de subventions à notre théâtre , elle a diminué de 80% les subventions au festival de spectacles de rue , elle a également diminué la subvention de l'école de musique.... Est ce parce qu'elle ne dort plus très bien la nuit qu'elle entend au dessus d'elle ces "jeunes qui nous préparent une belle pagaille"? Voilà donc la belle soirée que nous avons passée au commissariat pour les 20 ans de M. Décidément madame LB ,vous savez créer dans notre ville une ambiance sereine et détendue dont nous avions besoin. C'est la police qui sera désormais chargée de l'animation culturelle. Ce soir au lieu d'aller au théâtre nous avons passé plus de deux heures au commissariat et je n'ai même pas payé ma place! Ah si m'a dit le père de fifille, ce temps perdu c'est quand même nous qui le payons avec nos impôts! Nos enfants qui ne sont pas revendicatifs et plutôt ouverts ne sont pas prêts d'oublier cette charmante soirée dans ce bureau glauque qui fleurait bon "le p'tit jaune ".

mercredi 7 janvier 2009

Fillon et la fonction publique


mardi 6 janvier 2009
Propos du Ministre de la Fonction publique (sic) rapportés par Charlie-Hebdo, tenus lors d'une réunion de la Fondation Concorde, proche de la majorité actuelle, le mercredi 20 octobre (il apparaitrait que ces propos auraient été tenus en 2004....c'était donc prémonitoire!!!)au Café Restaurant Pépita à Paris :

"Les retraités de la fonction publique ne rendent plus de services à la nation. Ces gens-là sont inutiles, mais continuent de peser très lourdement. La pension d'un retraité, c'est presque 75% du coût d'un fonctionnaire présent. Il faudra résoudre ce problème."Le grand problème de l'État, c'est la rigidité de sa main-d'œuvre. Pour faire passer un fonctionnaire du premier au deuxième étage de la place Beauvau, il faut un an. Non pas à cause de l'escalier [rires dans la salle], mais des corps. Il y a 1400 corps. 900 corps vivants, 500 corps morts [rires], comme par exemple l'administration des télécoms. Je vais les remplacer par cinq filières professionnelle qui permettront la mobilité des ressources humaines : éducation,administration générale, économie et finances, sécurité sanitaire et sociale. Si on ne fait pas ça, la réforme de l'État est impossible. Parce que les corps abritent des emplois inutiles."A l'heure actuelle, nous sommes un peu méchants avec les fonctionnaires. Leur pouvoir d'achat a perdu 4,5% depuis 2000."Comme tous les hommes politiques de droite, j'étais impressionné par l'adversaire. Mais je pense que nous surestimions considérablement cette force de résistance. Ce qui compte en France, c'est la psychologie, débloquer tous ces verrous psychologiques."
C'est sur l'Éducation nationale que doit peser l'effort principal de réduction des effectifs de la fonction publique. Sur le 1,2million de fonctionnaires de l'Éducation nationale, 800 000 sont des enseignants. Licencier dans les back office de l'Éducation nationale, c'est facile, on sait comment faire, avec Éric Woerth :
on prend un cabinet de conseil et on change les procès de travail, on supprime quelques missions. Mais pour les enseignants, c'est plus délicat. Il faudra faire un grand audit." "Le problème que nous avons en France, c'est que les gens sont contents des services publics**. L'hôpital fonctionne bien, l'école fonctionne bien, la police fonctionne bien. Alors il faut tenir un discours, expliquer que nous sommes à deux doigts d'une crise majeure - c'est ce que fait très bien Michel Camdessus , mais sans paniquer les gens, car à ce moment-là, ils se recroquevillent comme des tortues."Il admet dans ses propos que les français sont satisfaits de la qualité du service public rendu par les fonctionnaires, quels qu'ils soient. C'est bien en les fragilisant de l'intérieur (sous effectif, baisse d'investissements etc.) qu'il compte rendre les services publics impopulaires auprès des populations. Une impopularité qui lui servira de prétexte pour les privatisations à venir. Alors que ce sont bien les attaques à l'œuvre depuis de nombreuses années qui dégradent la qualité des services publics.

dimanche 4 janvier 2009

Des nouvelles de Méli


J'ai enfin eu des nouvelles de Méli. Un père Noël inconnu lui a fait don d'un portable. Elle remercie celui ou celle qui lui a fait ce cadeau. Elle n'a plus d'abonnement sur le net mais espère pouvoir poster un de ces jours du bureau! La situation est difficile vraiment mais elle vous souhaite à tous une très jolie année.
je trouve que ce que lui a fait son ex est abominable (cataption d'une partie des allocations familiales par exemple et beaucoup d'autres joyeusetés dont elle parlera elle même. Je la trouve très courageuse et j'espère qu'elle ne se laissera pas tomber. Je pense qu'il faut laisser des com sur son dernier post. Elle a besoin de nous. Arielle si tu lis ce post tu sais de quoi je parle, tu as connu ce genre de situation. Comment peut-on laisser la femme qu'on a aimé en arriver là? Voilà que vous dire d'autres ? Si vous avez des idées contactez moi: marielasouris@wanadoo.fr
«Etre complètement seul ne signifie rien d'autre qu'être complètement fou.»[ Thomas Bernhard ] - Extinction