mardi 30 octobre 2007

hacker


Je me suis fais "hacker"! Comment? Je n'en sais rien. Drôle d'impression..."l'oeil était dans la tombe et regardait...."Que s'est il passé? Pourquoi moi? Message menaçant concernant ma vie privée: "tout sera dévoilé"...Mes amis prévenus par le corbeau sur leur boîte m'ont appelé. Je me sens mal, tout de suite, j'ai accusé l'ogre. Après presque deux ans, c'est encore à lui que je pense quand je reçois des coups que je ne peux identifier. Je me croyais plus solide. J'ai mis en place tant de barrières entre mes idées fixes et la raison. Est ce une façon détournée qu'a mon esprit de le faire revivre dans mon présent? Mon garçon me dit que des messages comme ça il en reçoit et que ça ne lui fait pas peur. Moi je suis outrée de voir avec quelle facilité, on peut pénétrer dans les boites mail. Le but est atteint: faire peur, mettre mal à l'aise. Dans quelques semaines ça ira mieux, pour l'instant, j'ai la nausée. Je fais subir à toute la famille mon état, ma culpabilité. Difficile de se tenir debout. Tant pis n'est ce pas , il faut que j'assume cette histoire et ses conséquences.

dimanche 21 octobre 2007

Secret


Il fait froid sous le chapiteau, mal assis, les genoux du voisins dans le dos, j'ai plutôt envie d'être à la maison avec un bon bouquin. Seulement voilà, je ne résiste pas à la proposition d'aller voir un spectacle; et celui-là, l'ogre il y a 2 ans, m'avait dit de ne pas le manquer alors....Des enfants font du bruit, ça discute alors que les lumières s'éteignent: toutes les conditions sont réunies pour passer un bon moment! Un bruit épouvantable de ferraille, de chaines que l'on tirent, un souffle rauque et voilà qu'entre en scène un homme un peu punk, un peu bucheron peut-être, il est chaussé de poulaines d'acier souple, touche finale à l'espèce d'insecte qui mue progressivement mais garde ses rythmes et allures d'animal, sous l'homme torse nu . Il nous invite dans ses circonvolutions sans fin, courbes, sphères,spirales et matières brutes qui semblent dialoguer avec lui, lui inspirer des sculptures de cirque ou des machineries improbables. Il installe ses séquences avec beaucoup de patience et de respect pour une autre des matières avec laquelle il aime jouer: le temps. Il le sculpte, et l'ennui n'a pas sa place.
Le spectacle est bien nommé; il s'appelle 'Secret'. Pourquoi livre-t-il pareil combat ? Comme les circassiens il sait tirer les frissons et les applaudissements à la foule prête à l'encouragement ou au lynchage. Tout cela coexiste sous le chapiteau du Secret. Un homme expose son imaginaire, sa confrontation avec les lois de la nature, bref son être au monde.

PETITION

Touche pas à mon ADN
Même si la commission mixte paritaire a accepté ce texte de loi, le combat n'est pas terminé ! Le Gouvernement a encore le droit de retoucher cette loi avant le passage définitif devant les Assemblées. Et si les Assemblées votaient le texte, le Conseil Constitutionnel aurait toujours la possibilité de le censurer. Nous devons donc exprimer notre indignation tant qu'il en est encore temps ! Alors continuons notre démonstration de résistance citoyenne face à un amendement qui, sur les plans éthique, scientifique et du vivre ensemble introduit des changements profondément négatifs.
Alors continuez à signez et à faire signer cet appel républicain jusqu'à ce que l'amendement Mariani soit retiré !
La majorité parlementaire nous dit qu'elle agit conformément à ce que pense le peuple ?
Eh bien montrons ce que le peuple en pense.

www.touchepasamonadn.com

dimanche 14 octobre 2007

Nous on participe au dégraissage du mammouth!


Vendredi mon homme est arrivé du travail l'air pas très heureux. Il m'a annnoncé qu'il allait probablement devoir changer de travail dans un délai de 2ans. Mamie sarkoziste (si,si) à qui je me confiais me dit que ce n'était pas grave puisque nous étions fonctionnaires!
Mon homme travail dans ce qu'on appelle un CDDP (maxi bibliothèque pour les enseignants,...centre de formations...) en bref ça veut dire: Centre de documentation départemental pédagogique. tout le monde voit bien que c'est le genre de truc qui n'a pas un gros rendement et qui sert à ces feignasses d'enseignants, aux gens qui ont envie de se documenter et de se former. Dans notre département il y en a deux. Le département est grand et faire plus de 100kms pour s'y rendre n'est guère pratique. C'est pourtant ce qui va arriver. Le CDDP est aussi un organisme de publication d'ouvrages pédagogiques.Dans les nouvelles perspectives , ce volet publication sera supprimé et attribué au CNED (centre National d'enseignement à distance), encore un organisme privé, qui s'en frotte les mains. Dans le but de supprimer un fonctionnaire sur 2, la rentrée a vu un non renouvellement du personnel partant à la retraite ainsi qu'un gel des postes du personnel ayant demandé sa mutation. De 12,personnes le CDDP est passé à 6. Plus de personnel d'entretiennon plus, mon homme dirigeant le site est devenu aussi homme d'entretien (ce qui signifie qu'il lui arrive de poser du parquet, de repeindre...). Comment cela appelle-t-on ce genre de choses? Pousser les gens à bout pour qu'ils craquent. Eh bien non! L'homme n'a pas craqué. Par contre il devra s'en aller. Où? On ne sait pas . Il nous faudra probablement vendre notre maison que nous venons d'acheter et refaire notre vie ailleurs. Pourquoi pas direz vous? Ce n'est pas le moment, c'est tout. Les frais de déménagement ne sont pas encore amortis. Si nous partons c'est pour une grosse ville dans laquelle il nous sera plus onéreux de nous loger. L'homme peut avoir aussi la possibilité d'aller se former à autre chose dans le Poitou pendant 2ans et ensuite devra accepter une nomination je ne sais où. Il me semblait que nous commencions à avoir un peu d'ancienneté et que nous pouvions prétendre à avoir une vie un peu tranquille dans un endroit que nous aimons avec des gens que nous aimons. c'est non, il faut donc se faire à l'idée. Nous devons être heureux de participer au redressement de la France en acceptant les diminutions de postes des fonctionnaires....J'irai manifester la semaine prochaine , une fois de plus.

vendredi 12 octobre 2007

activité chronophage!

J'ai de temps en temps envie de faire partager les mots des autres sur ce blog. Je les prend comme s'il m'appartenaient un peu. Ils correspondent à un ressenti, état d'être....Ce blog est un peu brouillon, je ne sais pas faire de rubriques et n'ai aucune envie d'ouvrir un autre blog. Alors tout vient à la suite: politique, ressenti du qutidien , chagrins et petites joies...bref un peu de tout! merci à ceux qui me laissent un commentaire et à ceux qui passent. Si je vous lasse tant pis. Lisez donc les paroles de cette chanson " je suis comme je suis". Je n'ai pas la prétention d'avoir une plume extraordinaire, non, je tente de communiquer avec ceux qui le veulent bien...les autres....je n'y peux rien . Un commentaire m'accuse d'entretenir une "activité chronophage"....? Tant pis, passez votre chemin courageux anonyme et ne perdez plus de temps avec moi!

jeudi 11 octobre 2007

à l'ogre

Un homme sans manteau ni paroles
étranger à la nuit je ne sais plus
en tout cas à quelque chose de pierre
et qui dormait
devant l'oeil blanc d'une impasse
qui le cherchait
partout autour de lui les étoiles brûlaient
il s'arrêta, creusa l'énigme d'un chant
Celui-là
il n'est rien
un égaré parmi les jours
un disparu d'entre les hommes
on dirait qu'il porte
toutes les pierres toutes les ombres
de la ville
la nuit seule vient lui lécher les mains.
Jean -Pierre Siméon

lundi 8 octobre 2007

De deux choses l'une....


C'est reparti! A fond....toute la semaine mon homme préféré s'est donné en spectacle sur un texte de Jacques Prévert "La crosse en l'air" (complètement actuel, on trouve le texte dans le recueil "paroles"). La semaine dernière je fus une bretonne typique et commère dans un spectacle de rue. Le 17 novembre , nous faisons enfin naître notre spectacle "histoires d'hommes" ( chanté et joué). Restera à trouver des lieux et des dates pour le faire tourner ce qui n'est pas évident, à moins de jouer gracieusement bien entendu! Et aujourd'hui , je pars pour 3 semaines en stage , pendant lequel je vais découvrir les arcanes de notre système éducatif concernant l'enfance inadaptée (ouf , j'aurai du écrire cele sans faire d'espace). Tous les soirs de retour à la maison , j'enchaînerai les répétitions mais avant il faudra que je me plonge dans des bouquins de théorie pédagogique. Autrement dit, il ne me restera que peu de temps pour blogger à droite et à gauche. Je ne suis pas certaine de mon engagement dans cette formation exigeante. Je le fais parce que je n'ai plus envie d'enseigner dans le ronron et que rendre la confiance en l'adulte à des gamins en rupture me parait important. Ce qui me déplait c'est le fatras qu'on y met autour. Je suis d'accord qu'il faille savoir un minimum de choses mais ce flicage systématique de notre travail me déplait souverainement. Qui sait ce qu'est vraiment notre travail ? On nous critique beaucoup mais si , ON, (pronom malhonnête) savait vraiment ce qui se passe, ON serait plus bienveillant à notre égard. Viendez voir un peu l'état de mon dos en fin de soirée: préparation de ce qu'il faut enseigner pour l'année mois par mois et semaine par semaine; détail de plusieurs séquences divisées elles même en plusieurs séances ( ne pas confondre!), déroulement de chaque séances, fiches préparatoires pour chaque activité, matériel et supprt pédagogique prévu, bilan et remédiation...Et tout ça pour qui? Pour notre groupe de super pédagogues qui vient vous inspecter et vous dire pour certains que la fiche aurait été mieux dans l'autre sens !!!!!! Vous direz , je l'ai choisi, j'assume....Des fois Non! J'ai juste envie de chanter et de jouer, mais la trouillarde soi -disant raisonnable que je suis n'a pas osée sauter le pas...maintenant faut il pour autant baisser la tête et accepter ??

lundi 1 octobre 2007

carrément....


Moi - On t’a bien fait souffrir. Mais de quoi ?Ca n’est pas facile à savoir...Raconte encore pour voir. Ça revient si souvent.
Toi - « Arrivé au sommet du Golgotha j’ai voulu respirer,je crois qu’on ne m’en a pas laissé le temps et on s’est approché pour m’arracher ma robe,j’ai eu du mal à me faire respecter. Mise nue j’étais tiraillée en tous sens par cinquante courants qui appelaient mon âme dehors pour me la prendre et où leur vierge n’était pas la dernière. »
moi - Ce ne sera pas le première fois que tout ce que tu dis évoquera,l’humiliation, l’incompréhension, l’abandon.
Toi - Je me suis raidie , alors tout le ciel s’est jeté sur moi et un envoûtement m’a saisi les reins et m’a paralysée pendant qu’un autre me prenait le souffle dans le dos. »
moi - La souffrance, ça doit suffire. Et quelque chose de pire encore ; c’était fait en conscience. L’avilissement ...
Toi - « Car j’ai été crucifié au Golgotha par TOUS et j’ai été jeté ensuite dans un tas de fumier. "
moi - La revoilà, sa grande misère, la misère de l’homme. Mais pourquoi toujours replonger dans cette histoire ?
Toi - « Moi, je crève de rage et de haine devant le mal qui m’est fait mais je n’en étouffe pas et si je n’éclate pas, c’est queil me faut dominer le mal par le DÉTACHEMENT et non par la force de l’éclatement. »
moi -’il faut que je te prenne dans mes bras pour te réchauffer d’amour, toi qui est le bouc-émissaire, parasité mais aussi aimante, amante, de toutes les angoisses des hommes. Quelque chose, quelqu’un comme une martyre. Tu penses à quoi ?
«Etre complètement seul ne signifie rien d'autre qu'être complètement fou.»[ Thomas Bernhard ] - Extinction