samedi 26 avril 2008

Faire connaissance avec Cécile


Partie quelques jours au Maroc, je reviens en Bretagne avec des histoires et des images plein la tête!
Je craignais un peu de partir: trop de touristes,couchage attendu dans des hôtels standardisés...J'ai eu un peu tout ça bien entendu mais aussi de belles et étranges rencontres.Il faut que je laisse un peu poser tout ça, pour trouver les mots qui conviennent pour en parler.
En tout cas, comment dire que "l'homme africain n'a pas d'histoire"? (Sarko 1er, discours de Dakar). J'ai rencontré des marocains outrés par la conduite de notre Prez et d'autres railleurs et posant beaucoup de questions sur notre situation actuelle. beaucoup de sourires amusés quant à la nouvelle épouse! Pourtant je n'ai pas fréquenté que des intellos.
Par où commencer de ces rencontres? De façon étonnante c'est Cécile que je ramène dans mon cœur. C'est Cécile pour qui j'ai envie de faire quelque chose. Déjà en parler, vous en parler, vous amener à connaitre "ce petit bout de femme" ou "cette grande dame". Cécile a été LA rencontre de ce voyage. Si je vous la raconte je vais faire certainement des bêtises, je vais oublier des choses. Aussi, je vais essayer de lui créer un blog pour qu'elle se raconte. Moi, je vais juste vous mettre l'eau à la bouche...
Lorsque je suis arrivée à Marrakech, j'ai logé dans un "riad" comme il y en a tant là-bas, pour accueillir les touristes. Le premier soir, nous avons sympathisé avec le gérant qui voulait nous &mener dans un lieu peu commun disait-il. A la nuit tombée, nous sommes partis dans les rues étroites de la médina. Les échoppes étaient fermées, quelques marchands ambulants stationnaient encore, proposant sur leur carrioles une soupe aux escargots fumante et parfumée. Les groupes se formaient autour de ces restaurants ambulants, d'autres par terre mangeaient d'autres plats. les mobylettes et scooters passaient en klaxonnant pour écarter les gêneurs. De ruelles en ruelles, de chats faméliques en odeurs d'urine, de flaques en sacs poubelles éventrés, nous sommes arrivés dans une impasse. Nous avons attendus derrière une porte en cuivre contemporaine que l'on nous ouvre. Cécile est apparu, souriante,accueillante. Je ne peux la décrire en quelques lignes, car c'est impossible. Cécile quand vous la voyez pour la première fois, vous savez déjà que vous ne vous en sortirez pas comme ça!
Nous sommes entrés dans "son lieu". Surprise! Là encore je voudrais en parler plus longuement. Elle a tout conçu, tout imaginé. D'une maison abandonnée , elle a construit un lien entre le Maroc traditionnel et sa forme contemporaine sous des formes variées. Cécile parle, lit l'arabe qu'elle a apprit à Paris. Elle cuisine en liant plusieurs cultures culinaires...elle a adopté Fafa, une fillette marocaine sans papiers, elle a restauré une petite "doria" dans laquelle elle vit et dont elle loue quelques chambres à l'occasion...Voilà en raccourci Cécile! mais c'est surtout une femme à l'écoute, donnante et tant d'autres choses encore que je vous ferait découvrir. J'espère aussi qu'elle se découvrira dans ce futur blog que je voudrais que nous écrivions à deux mains...A bientôt donc pour la suite des aventures marocaines.

4 commentaires:

Africa_delice a dit…

Cécile semble être "un vrai être humain" - on en croise dans des assoces, au détour des écoles... Tu a eu de la chance de la connaître :-)
Vivement la suite! Bises

patriarch a dit…

C'est vrai que lors de séjours ici ou là, on fait des connaissances inoubliables.
La suite !!!

Bonne soirée.

Bérangère a dit…

Nous méritons toutes nos rencontres, elles ont un destin caché qu'il nous appartient de découvrir. Mauriac

la méli-mélo a dit…

vite vite ce blog où est il ?

«Etre complètement seul ne signifie rien d'autre qu'être complètement fou.»[ Thomas Bernhard ] - Extinction