mardi 13 mars 2007

retour à Cold Mountain




Voilà qui me va . Retour à Cold Mountain. Film d'amour à la campagne pendant la guerre de sécession....Nicole Kidman belle!!!!Et Jude Law... le mec beau mais beau!!!La fille perd le mec qu'elle rencontre, elle sait que c'est celui -là , mais bon, elle le perd parceque c'est un déserteur et autre chose, mais là j'ai pas vu parce que j' ai dû descendre au garage pour prendre une panière de ce foutu linge (qui n'en finit pas d'être propre , puis sale, puis propre et que je repasse) .Bref! Je remonte, ça n'allait pas du tout, elle se laissait aller la jolie, elle ne faisait qu'écrire et rêver (un peu comme moi quoi!). Arrive Bridget Jones (René Zellweger sans son Darcy), style ploukess, qui lui remue les fesses à l'autre rêveuse là! Bon c'est la vie à la ferme dans de très seyantes petites robes pour la Nicole et un peu moins pour Bridget Jones (mais elle on s'en fout, elle a déjà Darcy dans l'autre film, alors...). Elles te remettent la ferme d'aplomb toutes les 2 faut voir ! Mais car il y a un mais, les vilains teigneux, méchants , affreux de la milice (qui n'arrêtent pas de tuer des gentils tout le long du film) les emmerdent sévère. Ceux-là finiront par tuer le beau Jude Law à la fin , mais ils crèveront aussi (bien fait, saloperies). La jolie Nicole heureusement, a eu sa nuit d'amour avant . Ouf! Du coup, elle ne se retrouvera pas sans rien parce qu'elle est enceinte . Alors raconté comme ça, bien sûr, ça fait tarte, mais moi, j'ai pleuré, parce que , ça fait encore parti des rêves de petite fille : l'homme de ma vie, c'était lui, et je l'ai pas euuuuuuuuu! Et puis aussi les 2 nanas elles se shootent aux"Hauts de Hurlevent", alors la c'est le panard assuré, quand tu veux te lamenter sur le mec innaccessible que tu pourras jamais avoir, et puis que la fatalité, et puis que la vie elle est trop injuste, et puis.......A voir absolument un jour de cafard avec canapé et réserve de chocolat.

Aucun commentaire:

«Etre complètement seul ne signifie rien d'autre qu'être complètement fou.»[ Thomas Bernhard ] - Extinction