mercredi 7 mars 2007

L'ogre et la vieille petite fille.


Mon ogre a laissé ses bottes dans ce lieu. Mon ogre qui devait enjamber le pont s'est endormi juste en-dessous. Mon ogre machouille distraitement une chaire tendre dont il recrache le coeur. Il fait son sourire aux dents blanches, celui du petit garçon, et tend la main pour attraper sa nourriture. Je le regarde , je me suis traînée à l'écart. Ma jolie robe du dimanche est toute souillée, toute déchirée. Je m'étais promis d'y faire attention. Mon ogre n'aimait pas ma jolie robe, il préférait que je me promène toute nue la nuit dans les rues des villes inconnues. Moi je n'aimais pas cela et j'avais très peur. Alors l'ogre se mettait en colère et me disait qu'il ne m'aimerait plus. Je voulais que l'ogre m'aime toujours, alors j'ai obeï, j'ai fait comme si ça n'était pas moi. Mon ogre était très content, il m'embrassait très fort et me faisait son fameux sourire d'enfant. J'ai pensé que l'ogre n'en était peut-être pas un, et que c'était la vilaine sorcière de quand il était petit qui lui avait jeté un mauvais sort. Mon amour et mon obeïssance devaient le guérir. L'an dernier l'ogre a dit que tout était de ma faute, que je n'aurais jamais dû lui obeïr, qu'il s'ennuyait et qu'il allait trouver autre chose à faire. Alors pour me venger et puis aussi parce que c'était encore parler de lui, j'ai dit à tout le monde que c'était un ogre. Personne n'a parut surpris .J'ai cru que c'était la fin du monde. Même pas. Le monde il a continué à tourner en portant l'ogre, l'indifférence et moi.

2 commentaires:

la méli-mélo a dit…

Y'a du vécu derrière ces beaux mots et maux...

Madame Arthur a dit…

y'a des larmes et pas beaucoup d'amusements, et pourtant ça aurait dû, c'était un soi-disant jeu, mais ça n'était pas du je.

«Etre complètement seul ne signifie rien d'autre qu'être complètement fou.»[ Thomas Bernhard ] - Extinction