dimanche 14 septembre 2008

autour d'une sonnerie...



Les portables sont interdits en classe, heureusement. Cependant les élèves continuent à l'oublier. Je me demande souvent pourquoi, mes élèves habitant M... ont besoin de cet instrument. Je voudrais que le moment qu'ils passent au collège soit un moment de calme, un moment qui leur soit réservé, pendant lequel ils peuvent oubier temporairement leurs soucis souvent bien trop importants pour des élèves de cet âge.
aujourd'hui, en plein cours, le portable décharge un son vrillant l'oreille de n'importe quel mélomane ou pas. Je me retourne furibonde vers l'endroit d'où provient le son délictueux.Je sens qu'une bouffée de chaleur incontrôlée (due tant à la colère qu'à la ménopause épanouie) m'envahit! je le claque maintenant ou plus tard "l'incongru"?
K,...fouille dans ses poches fiévreusement, tentant de faire taire le vibrillonant appareil qui continue à nous déverser son affreuse rengaine. Dans cette classe, je ne crie pas, j'ai remarqué que le silence et le calme font plus que n'importe quel emportement. Je tend la main, et le coupable, honteux, y pose le bigophone et ô surprise une cigarette qui est arrivée là sans qu'on le lui ai demandé. Je regarde mieux , la bout de la cigarette est incandescent et rougeoie ,là,sur la paume de ma main. Je ne ressens rien, aucune brulure. Mes bouffées de chaleur anéantiraient-elles la douleur? C'est dit demain , j'écris un ouvrage sur la ménopause intitulé: "toutes fakirs ou la reconversion des allumeuses après 45 ans".
Je regarde mieux,(je n'ai pas de rendez-vous chez l'ophtalmo avant le mois d'octobre, il faut dire) et je m'aperçois qu'il s'agit d'un faux!
A ce moment là, les garçons de la classe sortent tous de leur poches, des casiers ou des sacs, des cigarettes faites sur le même modèle, de grosseurs et de longueurs différentes! " Regardez, m'dame, c'est des fausses, on a fait ça en perm, faut pas l'punir, c'est pour rigoler"
Je dois dire que je n'ai pas vu une collection de faux pétards aussi impressionnante depuis longtemps. Je ne m'en fais plus pour l'avenir de ces marmots, ils pourront toujours travailler à la Havane ou bien à l'ancienne manufacture des tabacs de... si elle ré-ouvre"
Je n'ai pas du tout envie de punir K...pour ses originaux origamis. D'ailleurs , les élèves le voient bien, je commence à rire , et là, ils savent que la partie est gagnée.
Reste cependant le crime de lèse- téléphone. Je fais ouvrir l'agenda de K ...et lui demande de lire ce qui se rapporte aux sonneries intempestives pendant les cours! C'est la confiscation et une visite au bureau du principal. Je prend le téléphone et le pose sur mon bureau. Je continue la leçon...et là, l'incongrue sonnerie tinte de nouveau. K...se recroqueville sur sa chaise. et baragouine une explication incompréhensible. Je le prie de recommencer doucement. Il m'apprend que son beau-père, n'a plus le droit de conduire car il est trop dangereux sur la route, lui même ne veut pas monter dans la voiture avec lui; ce matin , il a décidé d'amener la mère de K, à son rendez-vous étant donné sa violence, il n'y a pas moyen de refuser. Je me sens me liquéfier. "Continue lui dis-je" . "Ben , j'ai vi le numéro, c'est ma tante qui m'appelle" "Ta Tante? Qu'est ce qu'elle a à voir avec ça? tu es en classe, on ne t'appelle pas pendant que tu es en classe" "Justement madame, j'ai la trouille qu'il se soit passé un accident et qu'on me prévienne."
Le bonhomme est en larmes, et connaissant, l'oiseau depuis 2 ans, je sais qu'il ne me ment pas. K...est un casse-pied, remuant, mais ne fait pas ses coups en douce.
Que croyez-vous qu'il advint, bonnes-gens?
Je tendis le téléphone au gamin pour qu'il puisse écouter son message, et ça en plein cours. Il ne s'agissait de rien de grave, heureusement, mais je vis mon p'tit gars, tranquillisé et attentif pendant le reste du cours.
Les autres élèves ne dirent rien, et jurèrent qu'on n'en parlerait pas en dehors de la classe .
A la fin de l'heure, K se leva et me dit "Merci quand m'ême m'dame, j'oublierai pas!"
Ce sont de ces petits évènements qui feront l'ambiance dans la quelle nous allons vivre nos heures d'étude. Je sais que c'est cela qui va fédérer ma classe. Je ne suis pas les préceptes exacts "sanctions-punitions" demandés par le règlement intérieur, j'essaie de créer un climat de confiance, plus favorable à l'épanouissement de ces élèves . Je ne suis pas certaine du résultat à tout coup, je peux avoir de sérieuses désillusions, mais jusqu'à présent ça marche.
Mes élèves ont pour la plupart des vies difficiles, acteurs à plein temps de la vie tumultueuses de leur famille . Ils ont besoin d'un peu de calme, de sourire et de confiance.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

mon petit fils aussi a un portable. Il va aussi au CES en car, mais si un cours est supprimé en fin d'après midi, il n'y a pas de car, et alors il téléphone à sa mère qui vient le chercher. (Elle s'arrange avec d'autres familles ayant des enfants soit, avec notre petits fils, soit avec sa soeur depuis cette année.

Autrement tu as eu raison, pour ce garçon.

patriarch a dit…

C'était patriarch

madame arthur a dit…

Voilà, tu vois ça est normal, mais avant on n'en avait pas et on se débrouillait aussi, on restait en étude , on faisait son travail, on découvrait des livres à la bibliothèque, il faut toujours que les gamins soient en relation avec qqun; La solitude a du bon, quand il s'agit de se débrouiller un peu!

heure-bleue a dit…

Pauvres gosses, ils trainent déja sur leurs frêles épaules toute la misére du monde...

La Femme coupée en deux a dit…

Si énervants et touchants à la fois, ces grands enfants-là...
Drôle de monde que celui qui n'est pas encore tout à fait le leur...

AfricaDelice a dit…

Moi je trouve ça très pratique les portables, mais en classe non! Quand à ce petit "j'oublierai pas", il est délicieux...

«Etre complètement seul ne signifie rien d'autre qu'être complètement fou.»[ Thomas Bernhard ] - Extinction