jeudi 5 avril 2007

Hannah Arendt/Journal de pensée


« Poésie d'un jour »
Décembre 1952
« Aucune nouvelle de ces jours qui se consumèrent ensemble dans la brûlure et nous blessèrent :la blessure du sort devient stigmate, non cicatrice.
Il n’en serait aucune nouvelle,
Si ton dire ne le maintenait (le mot dans le poèmeest séjour,non asile),
Si ce qu’on a vu concentré dans la douleur, si la pensée arrangée dans les sons énoncée en poème, puis méditée en chant, soustraite à la douleur ,n’était scellée pour rester. »*
* Poème traduit par Denis Thouard [ N.d.l.T.)

1 commentaire:

Anonyme a dit…

BON DEPART

«Etre complètement seul ne signifie rien d'autre qu'être complètement fou.»[ Thomas Bernhard ] - Extinction